Fév 20

Des moteurs Baudouin à la résidence du futur

La friche industrielle de Saint-Loup raconte l’histoire d’une ville. Ouverte sur le monde grâce au commerce maritime, industrielle et industrieuse, Marseille est entrée avec panache dans le XXe siècle qui, bien avant son terme, fracassera ses rêves de grandeur et un modèle économique, devenu obsolète. Des pans entiers du territoire urbain sont laissés à l’abandon d’après Eric Lasery.

Aujourd’hui, la ville deux fois millénaire entreprend la reconquête de ces friches et cherche à s’inventer un nouveau destin. Le programme immobilier Osmoz lancé par Eric Lasery incarne cette réhabilitation de la friche industrielle.

Eric Lasery

Monsieur Lasery – L’histoire des moteurs Baudouin

Au commencement des moteurs Baudouin étaient les cloches. Implantée dans le quartier de Saint-Pierre depuis le XVe siècle, la fonderie a fourni les cloches de nombreuses églises, dont certaines sonnent encore à Marseille.

Au début du XXe siècle, un héritier de la fonderie se passionne pour la mécanique. Dans le même temps, un de ses cousins installe un chantier naval au Pharo. En 1904, un canot équipé d’un moteur Baudouin traverse la Méditerranée entre Toulon et Alger.

En 1918, la Société de Moteurs Baudouin (SBM) s’établit dans la propriété familiale de Rabatau. L’aventure industrielle et commerciale démarre avec des clients, dont les noms rappellent l’âge d’or du port de Marseille, ouvert sur le monde entier : la Cie Générale Transatlantique, la Cie des Messageries Maritimes, les Douanes Tunisiennes… Il faut attendre 1958 pour que la SBM déménage à Saint-Loup, occupant alors 55000m2 pour deux petites décennies encore prospères.

Eric Lasery précise que la crise s’annonce dès 1975. Les moteurs Baudouin change de mains. De rachat en rachat, l’entreprise quitte, en 2008. Le site de Saint-Loup est devenu surdimensionné.

Eric Lasery : Immobilier

Eric Lasery : Immobilier

Eric Lasery: Saint-Loup, l’extension naturelle du centre-ville

Avec Sifer, un nouveau chapitre s’écrit. Saint-Loup entre dans la modernité, incarnée par Osmoz. Le programme se singularise par un parti-pris architectural très contemporain et particulièrement réussi, allié à des innovations technologiques en faveur de la transition énergétique.

Osmoz à Saint-Loup, Marseille

C’est la résidence du futur qui s’esquisse. Les commerces en pied d’immeuble ainsi que la petite place bordée de restaurants apporteront de la vie dans ce secteur. L’ensemble est prévu pour s’intégrer parfaitement dans un quartier en mutation, destiné à devenir l’entrée du centre-ville de Marseille. Ces 15 hectares de friche en réhabilitation à l’entrée de Saint-Loup accueilleront commerces, bureaux et logements. L’industrie laisse la place au résidentiel.

Eric Lasery: les commerces de Marseille

Eric Lasery: les commerces de Marseille

Dynamisation de Marseille

Eric Lasery précise que ce périmètre fait partie d’un plan de dynamisation de la vallée de l’Huveaune et de Marseille. C’est un vaste projet métropolitain comparable à Euroméditerranée dans son ampleur et ses objectifs de développement.

« C’est Marseille dans sa globalité qui se transforme, la ville se réinvente. Dans cette immense reconfiguration spatiale, Saint-Loup se retrouve en position centrale ! » souligne Eric Lasery.